navigationmenu

mercredi 20 septembre 2017

{#jecoudsmagarderobecapsule2017} Février et juin : un jean Safran et une blouse brodée

Haha, vous avez cru que j'en avais fini avec la couture? Eh bien non, il me reste encore trois pièces à vous montrer (dont deux dans cet article, ouf!), et après ça vous serez tranquilles jusqu'à fin octobre !  Si vous avez bien suivi, il me reste encore les cousettes de février, juin et juillet à vous présenter. Pour juillet, j'avais prévu un maillot de bain mais j'ai laissé tomber pour cette fois, de toute façon je ne vais plus très souvent à la plage ou à la piscine... Mais comme j'ai acheté du lycra, je compte quand même en faire un d'ici l'été prochain, d'autant plus que My Dress Made propose un tuto pour faire un haut croisé qui me plaît beaucoup !


Restent donc juin et février. Pas vraiment des mois compatibles en terme de tenues, et pourtant, ça fonctionne! On va commencer par le plus simple : ma blouse Macumba brodée (aka mon projet de juin, vous vous en doutez). Pas grand chose à dire sur le patron en lui-même, je vous l'ai déjà présenté ici et mon avis n'a pas changé, si ce n'est que j'ai résolu ce problème de soutien-gorge apparent sur les côtés en pliant deux fois le haut du triangle sur 1 cm et non sur 1 cm puis 2 cm comme prévu dans les instructions. Pour la broderie, je voulais un motif floral un peu bohème, voire même proche des broderies traditionnelles slaves. J'avais au départ envisagé de coudre une blouse blanche et d'y broder des motifs colorés (comme ici par exemple), et j'avais d'ailleurs commandé de la mousseline de coton chez Amandine Cha, sauf que celle-ci s'est avérée beaucoup trop transparente, comme je le craignais. J'avais donc prévu un plan B : utiliser un coupon de voile de coton jaune acheté chez Mondial Tissus (j'avais été inspirée par cette robe, malheureusement il n'y avait plus assez de tissu sur le rouleau pour une pièce de ce genre et le rouleau suivant avait une couleur légèrement différente qui me plaisait moins, et de toute façon il aurait fallu tout doubler et ça aurait sans doute été plus galère qu'autre chose), dont la légèreté se prêtait parfaitement à une Macumba. Même si ça ne se voit pas sur les photos, le problème de transparence persiste un peu avec ce tissu, surtout que je n'ai que des soutiens-gorge de couleur foncée, mais rien de vraiment indécent non plus ;)


Restait ensuite à trouver les motifs à broder, et après des recherches sur Etsy et sur le site de DMC (qui propose de nombreux motifs en téléchargement gratuit), j'ai finalement craqué pour ceux du cours "Je brode le printemps et l'été" d'Artesane. Je les ai réagencés et j'ai changé quelques points pour obtenir un résultat plus conforme à ce que je voulais, et, bien sûr, qui rentre dans le plastron de la blouse. Pour les couleurs, j'ai laissé tombé l'idée d'un motif multicolore car je n'arrivais pas à la projeter sur un tissu jaune, et après avoir hésité avec plusieurs nuances de fil dans mon stock (jaune ton sur ton, rose pâle, caramel), je suis revenue à celles qui me trottait dans la tête dès le début, à savoir du bleu marine et du blanc. Je ne saurais pas quantifier le temps que j'ai passé sur cette broderie, je m'y attelais le soir devant une série ou un film (et croyez-moi, c'est pas facile de suivre un film en VOST d'un oeil et de surveiller sa broderie de l'autre, surtout dans la pénombre de la soirée!) ou bien tôt le matin en écoutant des podcasts (et c'est beaucoup mieux comme ça!). Au total, je dirais que j'ai bien atteint la dizaine d'heures, si ce n'est plus! Mais je ne regrette absolument pas le temps que j'ai investi sur cette pièce, car c'est désormais une de mes favorites! J'ai choisi de broder sur ma blouse déjà découpée et partiellement montée, car au départ j'avais envisagé de faire des motifs qui suivaient l'encolure comme dans la première partie du cours, mais le plastron s'est avéré trop petit pour cela. Je n'ai pas vraiment eu de difficulté à broder sur un tissu déjà découpé, mais je pense qu'il est tout de même préférable de le faire sur un plastron tracé mais non découpé pour bien tendre le tissu (on peut voir que le mien gondole un peu par endroits mais ça ne me gêne pas vraiment, en fait je suis même très satisfaite du résultat, d'autant plus que c'est la première fois que je brode quelque chose de cette ampleur!). Quelques mots à propos du cours d'Artesane : c'est un investissement, mais j'en suis vraiment contente, même si je ne l'ai pas encore regardé en entier (à vrai dire j'ai sauté de points en points pour voir ceux qui m'intéressaient), et j'ai appris beaucoup de nouveaux points sans difficulté. Le seul petit reproche que je puisse faire est qu'il est souvent fait mention de techniques vues dans les cours précédents, et si on ne les a pas suivis, on se retrouve parfois à se demander de quoi il s'agit. Mais bien entendu, je comprends qu'on ne puisse pas revoir les bases à chaque fois, et il est bien précisé qu'il s'agit là d'un cours de niveau avancé, donc si vous êtes totalement débutant(e) en broderie, je vous conseillerais de commencer avec quelque chose de plus simple.

Points employés : point d'arrête, point de Rhodes, passé plat, passé empiétant, grille sur couchure, point de chaînette, point d'épine bilatéral, point de tige, point de roue festonnée, point de chaînette surjetée, point lancé

Bon, passons maintenant au pantalon. Là, c'est une autre paire de manches... Ou de jambes, devrais-je dire ;) Aaah, ce fameux pantalon, c'est à lui que vous devez cette avalanche de posts couture, puisque c'est lui qui a fichu le bazar dans mon joli programme tout bien établi! Il était prévu pour février, mais à la fin du mois, je n'avais même pas commencé à découper mon tissu... Il faut dire que j'ai eu du mal à mettre la main sur un tissu qui convenait, d'un part parce que je suis très difficile en terme de couleur de jeans, et d'autre part parce qu'il fallait quelque chose avec 20 à 30% d'élasticité, ce qui ne se trouve pas facilement. Il y avait bien un tissu qui remplissait tous les critères chez Pretty Mercerie, mais il s'est retrouvé sold out en moins de deux, et j'ai du attendre plusieurs semaines avant d'en retrouver un qui m'allait, toujours chez Pretty Mercerie (attention, il est marqué comme "noir", mais c'st en réalité une sorte de bleu/gris très foncé). après ça, j'ai enchaîné les galères : tissu qui se déforme au lavage, thermocollants de mon stock qui ne conviennent pas (j'ai donc dû en commander une autre type, que je ne trouvais que chez Rascol, mais j'avoue que j'avais moyennement envie de payer deux fois plus cher en frais de port qu'en thermocollant, et les autres produits qui auraient pu m'intéresser étaient en rupture de stock, donc j'ai attendu leur retour pour commander et ça a encore ajouté du retard à mon projet...), oubli des fonds de poche (#ledécoudviteesttonami), entrejambe qui plisse (j'avais pourtant creusé la fourche pour atténuer le truc, mais ça ne suffisait pas), dos qui baille, point triple élastique non disponible sur ma machine (j'ai donc cousu la fourche avec plusieurs rangées de point zigzag assez plat, ce qui se voit un peu quand le tissu est tendu)... Bref, j'en avais raz la casquette de ce jean, alors en mai, je l'ai posé dans un coin de mon atelier, et je n'y ai plus touché.


Mais avec le retour de mon modjo couture, je me suis décidée à ressortir ce projet, d'autant qu'il ne lui manquait pas grand chose! J'ai donc ajusté encore un peu l'entrejambe en supprimant 1 cm au niveau de la couture interne des jambes, et même si c'est encore loin d'être parfait, ça reste très satisfaisant pour une première fois (vous pouvez voir sur les photos que l'entrejambe est un peu tombante, je pense que j'aurais dû la raccourcir un peu). La ceinture s'est avérée légèrement plus courte que le haut des jambes (j'ai l'impression d'avoir ce problème à chaque fois que je couds un bas, je vais finir par penser que c'est normal!), ce qui a permis de bien plaquer le dos du pantalon qui ne baille donc plus, mais qui a formé des plis sur le devant. J'ai donc dû en découdre puis recoudre une partie pour arranger ça. D'ailleurs, la ceinture m'a donné pas mal de fil à retorde de manière générale, car j'avais entoilé toutes les pièces, ce qui l'a rendue particulièrement épaisse, et elle ne marquait plus du tout les plis au fer. J'ai également coincé un des passants de ceinture en travers en cousant la ceinture aux jambes, mais j'ai décidé de le laisser tel quel et de dire que c'est fait exprès ;) Et pour finir, alors que j'étais tout près du but, j'ai cousu ma boutonnière sur le mauvais côté de la ceinture (à la place du bouton, sur la partie qui va en dessous), et plutôt que de vérifier mon travail avant de l'ouvrir, j'ai taillé direct dans ma ceinture... Voilà voilà, je crois qu'on a touché le fond du fond là! Je vous raconte pas le désespoir quand j'ai vu mon erreur... J'ai donc recousu le tout avec un point zigzag bien serré, et j'espère que ça tiendra le coup.


Zoom sur le passant raté :s

Mais finalement, je l'ai vaincu, ce Safran, et j'en suis plutôt contente! Malgré ses quelques défauts, je suis globalement satisfaite du seyant. J'ai eu peur de trouver la ceinture un peu étroite, mais finalement ça va. Avec mon passant raté, je ne pourrai probablement pas mettre de ceinture, mais je n'en porte de toute façon jamais avec mes pantalons (celui-ci n'en a de toute façon pas besoin puisqu'il tient très bien sans!), et quoi qu'il en soit, je ne le porterai pas avec des hauts rentrés dedans. Dans ce cas, quel est l'intérêt de faire une taille haute, me direz-vous? Eh bien c'est tout simplement parce que je déteste les tailles basses, que je ne trouve ni flatteuses, non confortables sur mes hanches en bouteille d'Orangina (sans compter que ça dévoie la moitié de mon fessier quand je m'assieds, supeeeer, merciii...). Là au moins, pas de risque, la taille emboîte bien, peut-être même un peu trop puisque le bouton a tendance à me rentrer dans le ventre quand je suis assise et que j'ai le ventre un peu gonflé (typiquement, après manger...).  A l'avenir, je me laisserai donc plutôt tenter par un jean "medium rise" (comme le Ginger de Closet Case Patterns, qui propose désormais cette hauteur de taille, ainsi qu'une variation "flare" au niveau des jambes, de quoi se faire le jean qui nous convient parfaitement en somme!), ou alors il faudrait que je rallonge légèrement la ceinture à l'avant mais j'ai peur que cela ne fasse alors bailler le dos... Au niveau de la longueur, j'ai retiré 2 cm de tissu en bas de jambes et j'ai fait un ourlet de 3 cm au lieu des 2 prévus dans les instructions (je précise que je mesure 1m62). Le bas des jambes plisse donc légèrement sur mes chaussures quand je le porte non roulotté, mais je n'ai pas trop de tissu à replier quand je fais un revers. J'aurais peut-être pu resserrer les jambes pour un effet vraiment slim, et un peu moins de plis au genoux, mais je le trouve bien comme ça et j'espère que le tissu ne se détendra pas trop à l'usage. Allez, un dernier défaut pour la route, mais dont je ne suis pas responsable cette fois : même après un premier lavage, le tissu déteint, et après une soirée entière à porter mon jean, je me suis retrouvée avec les mains bleues et de jolies traces sur un pull blanc... Pourvu que ça s'arrange après quelques lessives!

Petit condensé des défauts de mon jean : une entrejambe un peu tombante et les traces de ma première boutonnière du mauvais côté...


PANTALON
Patron : Pantalon Safran - Deer and Doe
Niveau : confirmé
Techniques requises : pose de braguette, boutonnière
Remarques sur le patron : J'aurais apprécié des crans supplémentaires sur les passepoils des poches pour bien les positionner. Les marges de couture sont d'1,5 cm, ce qui est très confortable pour coudre, mais fait des surépaisseurs assez gênantes au niveau de la fourche ou dans la ceinture, je les ai donc recoupées une fois les coutures faites.
Taille : 40 à la taille, gradé vers un 42 aux hanches
Fournitures : tissu jeans Pretty Mercerie (1m60, laize 145 cm) + tissu Lili Atelier Brunette pour les fonds de poche, thermocollant Vlieseline G770 (trouvée chez Rascol), zip métallique 15 cm, bouton 15 mm
Modifications apportées : fourche remontée d'un centimètre sur la couture avant-arrière et sur la couture interne des jambes, bas raccourci de 2 cm et ourlet de 3 cm au lieu des 2 cm préconisés
Difficultés rencontrées : La pose du passepoil des poches est assez délicat, il faut bien s'appliquer pour avoir des pointes bien nettes. La pose du zip est également un moment un peu complexe, mais dans mon souvenir les instructions sont claires à ce niveau, le plus dur est de gérer la trajectoire de l'aiguille avec le zip. La ceinture s'est avérée légèrement plus courte que le haut des jambes et j'ai dû tirer dessus pour faire coïncider les pièces entre elles. De plus, avec le thermocollant, elle était très épaisse et ne se formait pas du tout au fer, mais heureusement les surpiqûres l'ont aplatie. J'ai raté un passant de ceinture (il s'est pris dans la couture entre la ceinture et les jambes et je n'ai pas voulu le défaire) et j'ai fait ma boutonnière du mauvais côté (#championnedumonde), que j'ai donc "rebouchée" au point zigzag.

Cohérence avec ma garde robe : 10/10, j'avais terriblement besoin d'un jean!
Confort : 8/10 la taille a tendance à me rentrer dans le ventre quand je suis assise...
Seyant : 7/10, l'entrejambe n'est pas correctement ajustée, malgré mes modifications
Qualité : 7(?)/10, en plus défauts de construction du jean, le tissu s'est déformé au premier lavage et déteint encore sur mes mains et mes vêtements. J'ignore également s'il ne se détendra pas trop à l'usage... A voir dans le temps, donc!

A refaire ? : Pas de suite, il va falloir attendre que je remplisse un peu ma jauge d'énergie et de courage avant de m'attaquer de nouveau à un jean! Pourtant,  c'est le genre de pièce dont j'ai besoin, donc j'y reviendrai probablement. Je serais curieuse de retenter ce patron en ajustant encore plus la fourche, et pourquoi pas la ceinture. Je pourrais aussi opter pour un autre modèle (le Ginger ou le Morgan de Closet Case Patterns me plaisent bien aussi!)


BLOUSE
Patron : Aime comme Macumba - Aime comme Marie + motifs du cours "Je brode le printemps et l'été" - Artesane
Niveau : débutant (couture) - intermédiaire (broderie)
Techniques requises : fronces, utilisation d'un pied ourleur
Remarques sur le patron : marges de couture non incluses. Réalisation facile, explications claires.
Taille : S (mais le XS aurait suffit)
Fournitures : voile de coton Mondial Tissus, biais d'encolure, fils à broder
Modifications apportées : diminution de la taille des replis sur le haut du triangle sous les bras (deux fois 1 cm au lieu d'1 cm puis 2 cm). Plastron avant brodé.
Difficultés rencontrées : aucune

Cohérence avec ma garde robe : 10/10, la forme, la couleur et les broderies sont tout à fait dans mon style
Confort : 10/10
Seyant : 10/10 (après correction des triangles)
Qualité : 9.5/10, j'avoue, j'ai fait une mini boulette : j'ai oublié de replier l'extrémité de mon biais sur elle-même... La broderie n'est évidemment pas parfaite, mais comme c'est ma première pièce de cette ampleur, j'en suis plus que satisfaite!

A refaire ? : oui, j'envisage toujours une version blanche avec des broderies plus colorées, mais ça attendra l'été prochain ;)

mercredi 13 septembre 2017

Piments farcis au pain

Comme tous les ans en septembre, l'Internet n'a que deux mots à la bouche : "rentrée" et "automne". Si le premier ne me fait plus ni chaud ni froid depuis que j'ai quitté les bancs de l'école, pour le second, c'est une autre histoire... Comme beaucoup de monde, j'adore l'automne. Ou du moins, le début de l'automne, quand les feuilles rougissent et qu'on va ramasser des châtaignes et des champignons, parce qu'après, quand il pleut et que la nuit se couche à 16h30, je fais de suite moins la maline. Mais si vous me lisez depuis un moment, vous savez que je n'aime pas faire rentrer septembre dans la case "automne", même si c'est météorologiquement correct (et que cette année, on est carrément déjà dedans!). Pour moi, c'est un mois de l'entre-deux, qui peut se montrer encore caniculaire comme ce fut le cas l'an dernier, et qui est surtout l'un des plus riches en termes de légumes. Quel bonheur de voir les courges côtoyer les tomates et les aubergines sur les étals! En septembre, je profite donc à fond des derniers produits d'été, avant qu'ils ne disparaissent pour les 8 prochains mois, alors attendez-vous à les voir encore un peu par ici, malgré la météo maussade de ces derniers jours (on va quand même pas se laisser abattre, hein?)





Il y a quelques temps, j'ai demandé à ma mère si elle se rappelait de ce qu'elle mangeait enfant, voire même si elle savait ce que mangeait mes grands-parents quand ils étaient plus jeunes. Elle s'est souvenue que sa grand-mère préparait parfois des légumes farcis avec du pain, et a essayé de les recréer. Je suppose que c'est une recette qui permettait de sauver une miche de pain qui commençait à rassir, et qui était moins chère qu'une farce à la viande. J'ai en tout cas beaucoup aimé ce plat simple mais parfumé, il fallait donc que je le fasse moi aussi! Je trouve que cette farce au pain fonctionne particulièrement bien avec des piments ou des poivrons, mais aussi avec des champignons, donc je pourrai la refaire cet hiver! La clef de la réussite de cette recette est de bien assaisonner la farce afin qu'elle ne soit pas trop fade, et la sauce tomate est essentielle pour bien relever les saveurs du plat, même si je doute que celle-ci faisait partie de la recette originale! Je demanderai ça à ma grand-mère lors de ma prochaine visite, et j'essaierai d'en savoir un peu plus sur les plats de son enfance. J'espère y trouve de l'inspiration pour des recettes végétariennes, car la consommation de viande était alors bien plus faible qu'aujourd'hui. En attendant les résultats de mon enquête, vous pouvez toujours aller revoir les autres recettes que ma mamie m'a transmises (et que j'ai plus ou moins adaptées à ma sauce ;) : son coulis de tomate à tomber à la renverse (c'est d'ailleurs la saison idéale pour en faire, car les tomates sont désormais très mûres et sucrées!), sa garbure, sa poule au pot (en version végane!) et son ragoût de petits pois et fèves. Passez une excellente fin de semaine et un tout aussi excellent weekend, pour ma part je vais passer quelques jours à la plage avec ma famille (oui oui, en plein milieu du mois de Septembre, on est des fous nous!).


Piments farcis au pain {végétalien, sans soja, sans noix}
Pour 4 personnes :
- 150-175 g de pain de campagne légèrement rassis
- 1 oignon
- 2 gousses d'ail
- un petit bouquet de persil (5 à 10 g) ou de basilic
- 1 cs d'huile d'olive + un peu pour la cuisson
- 50 ml de bouillon de légumes
- 1 cs de fécule ou de farine de pois chiches
- 4 piments corne de boeuf (ou des poivrons de la couleur de votre choix, ou encore des champignons à farcir)
- sel, poivre
- sauce tomate pour servir

Retirer la croûte du pain à l'aide d'un couteau et déchirer la mie en gros dés. (Ne jetez pas la croûte : laissez-la sécher complètement a l'air libre puis passez-la au mixeur pour en faire de la chapelure !)
Placez la mie de pain dans un saladier et recouvrez de bouillon de légumes chaud. Laissez reposer en remuant de temps en temps pour que le pain absorbe tout le liquide et se décompose en une pâte collante (ajoutez un peu d'eau si besoin).

Hachez finement l'ail, l'oignon et le persil. Ajoutez-les au pain ramolli, avec l'huile d'olive et la fécule ou farine de pois chiches. Salez et poivrez généreusement et mélangez bien.

Coupez les piments en deux dans la longueur en conservant le pédoncule. Retirez les graines et farcissez-les avec le mélange au pain. Disposez-les dans un plat allant au four et arrosez d'un filet d'huile d'olive.

Versez un filet d'eau au fond du plat et enfournez à 180°C pendant 45 minutes à 1 heure, jusqu'à ce que les piments soient tendres et légèrement noircis et la face bien dorée. Servez chaud accompagné de sauce tomate.

mercredi 6 septembre 2017

{#jecoudsmagarderobecapsule2017} Mai : la combi miraculée

L'avantage d'être en vadrouille tous les weekends ce mois-ci, c'est que je trouve de nouveaux décors pour mes photos! Pour cette série, prise le weekend dernier à Avignon (où j'ai passé la journée de samedi dans le cadre du Frames Festival , un événement dédié à la création vidéo sur le web), je voulais initialement prendre les photos sur le fameux pont. Mais comme le prix pour y accéder m'a paru totalement exagéré (non mais 5€ pour monter sur un pont à moitié brisé, faut pas déconner quand même! Je veux bien qu'il faille conserver le patrimoine, que ça coûte de l'argent, et ça aurait été 2€ ou 2.50€, je les aurais déboursés sans problème, mais là, 10 balles à 2 pour passer 10 minutes sur un demi-pont, non merci hein...), je me suis rabattue sur ce petit palmier et sa mosaïque au détour d'une ruelle. On a du jouer à cache-cache avec le soleil, d'où certaines poses un peu bizarres pour ne pas avoir la tête en pleine lumière... Mais bon, au final on y est arrivés, et je peux désormais vous présenter ce qui devait être mon projet capsule de mai, mais que j'ai achevé pile la veille de notre départ à Avignon!  Aaah cette combi... Elle revient de loin, je vous le dis! C'est un mélange entre mes meilleures intentions et mes pires erreurs en couture, qui s'est heureusement soldé par un happy end. Installez-vous confortablement et attrapez une tasse de thé, car c'est une longue histoire...


Ce projet avait plutôt bien démarré, quoi qu'avec un mois de retard sur le planning prévu, mais bon, je commençais à avoir l'habitude! J'avais prévu de mixer les patrons de la combinaison Marigold de Tilly and the Buttons et du top Bree de La Maison Victor (numéro de juillet/août 2016), et pour cela je devais faire quelques ajustements assez simples : tout d'abord, baisser la fourche du pantalon car je voulais qu'il se pose sur mes hanches hautes et non pas à la taille comme dans le patron original. Rien de bien difficile de ce côté, la marche à suivre pour ce genre de modification est expliquée en détail sur le bog de Tilly, et le patron possède des lignes de coupe placées exprès pour cela. J'ai quand même eu un instant de doute car en mesurant la distance entre ma taille et mes hanches hautes, je trouvais qu'il fallait que je retire 11 cm aux pièces concernées, ce qui me semblait énorme et surtout déformait totalement les poches. Après un petit appel à l'aide sur Instagram, l'équipe de Tilly m'a conseillé de retirer seulement 5 cm afin que je puisse m'asseoir sans avoir l'entrejambe du pantalon qui me rentre dans les fesses! Seconde modification, ou plutôt vérification : m'assurer que le haut était de la même largeur que la ceinture au niveau de leur jonction, et ajouter ou retirer quelques centimètres si besoin. Par miracle, je n'ai rien eu à faire de ce côté là, car les mesures coïncidaient parfaitement, c'est à croire que ces deux patrons étaient faits pour s'entendre! Confiante, je décide de me lancer sans faire de toile. Pas bieeen!


Je découpe donc mes pièces, et c'est là que les ennuis ont commencé. Par pure flemme, je n'ai pas repassé mon tissu qui présentait quelques plis du fait de son stockage (je précise tout de même que je l'avais quand même lavé et repassé une première fois). Pas bieeen, bis! Ajoutez à ça le fait que j'ai travaillé dans une pièce avec une luminosité assez faible, sur un tissu sombre, et vous obtenez la recette parfaite d'un découpage raté. Résultat des courses : mes jambes ne sont ABSOLUMENT PAS positionnées dans le droit fil, mais sur le moment, je ne m'en suis pas rendue compte. Pire, toujours par flemme (et là, franchement, on atteint des profondeurs désastreuses, vous allez voir), je replie et pousse à côté de moi les pièces déjà découpées plutôt que de me lever et de les mettre en lieu sûr. C'est ainsi que je me retrouve à étaler partiellement un bout de tissu sur les jambes avant, et en découpant de nouvelles pièces, je commence tout à coup à sentir une résistance dans mes ciseaux. Intriguée, je poursuis tout de même en donnant un second coup, quand je réalise que je suis en fait en train de découper une entaille dans les jambes avant, posées sous mon tissu!... Bravo Nina, bien joué... Vous pouvez donc voir ci-dessous les restes de ma bêtise, que j'ai essayé de réparer du mieux que j'ai pu, en collant un rectangle de thermocollant sous les fentes et en cousant les deux bords ensemble avec un point zig-zag serré. Heureusement, avec les marges de couture de 1.5 cm, la plupart de l'entaille s'est retrouvée "hors champ". J'ai aussi eu de la "chance" de réaliser assez vite ce qui se passait, car si je donnais un coup de ciseau de plus, j'atteignais le bord des pièces et je les amputais d'un triangle de tissu.


Après ces premières galères, je démarre l'assemblage du pantalon. Coudre avec les patrons de Tilly, c'est un vrai bonheur, on est soigneusement guidé (en anglais) dans chaque étape avec des instructions et des photos très claires, impossible de se rater. Les finitions sont parfaitement détaillées, et j'ai soigneusement suivi toutes les consignes de repassage, décidée à avoir un rendu le plus propre possible. Au vu de la finesse de mon tissu, j'ai choisi de faire des coutures anglaises partout où je le pouvais, c'est-à-dire sur les coutures du côté du pantalon (et du haut également) ainsi que sur la fourche, afin de rendre mon vêtement plus solide. Et pour être sûre que tout tienne bien, j'ai même surfilé les bords de coupe avant de les enfermer à nouveau dans les coutures. Et là, alors que j'avais fait preuve de minutie sur toutes les autres étapes, j'ai laissé à nouveau ma flemme m'envahir : je n'ai pas recoupé mes bords avant de former la seconde couture, en me disant que le surfilage réduirait un peu les marges et que ça ne dépasserait pas sur l'extérieur. Devinez quoi? Ca n'a pas été le cas! Je me suis donc retrouvée avec plein de petits fils et bouts de tissus qui sortaient de mes coutures côté sur la première jambe que j'ai montée, et plutôt que de tout défaire, recouper l'excès de tissus, et tout refaire, j'ai préféré tailler soigneusement tout ça avec des petits ciseaux. (Je vous ai déjà dit que j'étais la pro du coupage de cheveux en quatre?) J'ai réussi à arranger le truc, et j'ai bien retenu la leçon pour les autres coutures! 


C'est aussi à ce moment là que j'ai mesuré l'ampleur de mon découpage approximatif : les extrémités des jambes étaient complètement décalées, et pas dans le même sens en plus! Sur les coutures côté externes, c'est l'avant qui dépassait, et au contraire sur les coutures internes, les pièces arrières étaient plus longues. Une fois les jambes formées et assemblées, j'ai donc égalisé tout ça, perdant au passage 3 bons centimètres de longueur de jambe, soit pile ce qu'il me fallait pour faire un ourlet à ma taille. Heureusement, quand j'avais imaginé cette combi, j'avais l'envie de faire des revers en bas des jambes, et j'ai donc pu sauver mes ourlets de cette façon. J'ai donc découpé deux rectangles de tissu de même longueur que la circonférence du bas des jambes (plus 2 cm de marges de couture) et d'une largeur de 12 cm (pour un revers de 5 cm, avec 2 cm de marges de couture), que j'ai cousu en rond puis repliés en deux, avant de les assembler en bas des jambes et de les rabattre vers le haut pour former les revers, et de les maintenir en place par des petits points à la main de chaque côté de la jambe. Autre conséquence de mon découpage foireux : les jambes ne sont pas coupées dans le droit fil, et ont donc tendance à vriller vers l'intérieur. Ca reste relativement discret quand je suis debout, mais une fois assise le défaut s'accentue : sur la photo ci-dessous, c'est bien la couture externe de la jambe que l'on voit, et qui vient presque se positionner à l'intérieur de la jambe! Non seulement ce n'est pas très joli, mais ce n'est pas non plus très confortable... Donc si jamais vous vous êtes déjà demandé s'il était vraiment important de respecter le droit fil, la réponse est oui, mille fois OUI! Et vous aurez beau prendre toutes les précautions possible pour faire de jolies finitions, vous ne pourrez pas rattraper une erreur de coupe, alors soyez particulièrement soigneux/ses lors de cette étape!



Pour le haut, heureusement, j'ai eu beaucoup moins de problèmes, si ce n'est que comme d'habitude sur les tissus fins, ma machine à tendance à faire plisser et gondoler un peu les coutures (c'est d'ailleurs aussi le cas sur les coutures côté du pantalon). Les explications des patrons de La Maison Victor sont également très claires, illustrées avec des schémas parfaitement compréhensibles. Les planches de patron sont beaucoup moins complexes et beaucoup moins grandes que celles de Burda (qui ne comporte qu'une seule immense planche alors que la Maison Victor en propose généralement 4 ou 5 au format proche du A2), et les différentes pièces mieux identifiées, ce qui rend le décalquage relativement aisé. L'inconvénient, c'est que ans le cas de grandes pièces, celles-ci sont généralement coupées en deux et réparties sur deux planches différentes, mais ce n'était pas le cas pour ce patron. Il faut également rajouter les marges de couture à la main, mais pour un magazine je comprends ce parti-pris, car il permet d'économiser de la place sur les planches. Le top Bree est un modèle très simple, et intelligemment conçu. L'arrière du col est fini par une parmenture qui se rattache aux deux pièces avant, et qui est rabattue lorsque l'on crée les replis du cache-coeur. Normalement, les bords en biais sont juste finis à la surjetteuse ou au point zig-zag avant d'être repliés vers l'intérieur sur 3 cm, mais pour un résultat plus propre, j'ai d'abord replié les bords sur 1 cm puis à nouveau sur 2 cm avant de les piquer en place, comme on le ferait pour un ourlet. Les emmanchures sont finies à l'aide de bandes découpées dans le biais. Un bouton pression permet de maintenir les deux pans en place à l'avant. Le bas est normalement terminé avec un élastique glissé dans l'ourlet, mais moi je l'ai tout simplement pris entre les deux pièces de la ceinture en suivant les instructions du patron Marigold. J'ai tout de même eu la surprise de constater que le haut était un peu plus large que la ceinture à l'avant, alors que les mesures que j'avais prises lors du décalquage du patron suggéraient que ça collerait parfaitement. Heureusement, j'ai très facilement remédié à ce problème en fronçant légèrement le haut, qui se retrouverait de toute façon plissé sur le bas une fois le ruban noué sur mes hanches.


Ma combi est alors restée à l'état de "presque finie" pendant un long moment, sans revers en bas des jambes, ni bouton pression, ni ceinture. J'ai d'ailleurs choisi de remplacer l'élastique initialement prévu dans les patrons par un lien à nouer. Pour cela, j'ai réalisé deux boutonnières de part et d'autre du milieu avant de la ceinture, en renforçant ces zones à l'arrière avec deux carrés de thermocollant (j'ai utilisé de la Vlieseline G785 pour sa finesse, afin de ne pas trop rigidifier mon tissu). Cependant, je ne trouvais pas de lien à mon goût, et sans cela, impossible de bien me rendre compte du tombé de ma combi, et donc de faire l'ourlet du bas et de placer la pression. Il me semblait bien que le haut était trop long et bouffait trop à la ceinture, ce qui ne m'étonnait pas outre mesure, car j'ai le buste assez court (j'avais notamment eu ce problème à la taille sur ma robe Eliana). Quand j'ai enfin mis la main sur un ruban qui me convenait lors d'une récente visite chez Mondial Tissus et que j'ai pu essayer ma combi en "conditions réeelles", j'ai eu confirmation de mon impression. J'avoue qu'à ce moment, j'ai un peu regretté de ne pas avoir fait de toile, car je n'avais pas vraiment envie de désassembler le haut et le bas pour recouper l'excès de tissu. J'ai bien essayé de nouer la ceinture un peu plus bas sur les hanches, mais l'entrejambe du pantalon pendouillait trop (déjà que là, porté légèrement au dessus des hanches, c'est limite à mon goût!) alors j'ai du me résoudre à dégainer le découd-vite. J'ai donc défait toute la ceinture, ce qui n'était pas très compliqué au niveau du pantalon car je n'avais pas encore fini les bords, au cas où (enfin une décision intelligente!) ; en revanche au niveau du haut, j'ai du découdre tout le surfilage, et comme j'avais recoupé les marges de couture comme indiqué dans les instructions, je n'avais plus que 0.5 cm au lieu des 1.5 cm initiaux pour tout recoudre! J'ai supprimé cinq bons centimètres en bas de mon haut, avant de remonter la ceinture (en réalisant à nouveau des fronces sur le haut à l'avant), puis les jambes, en croisant les doigt pour ne pas avoir enlevé trop de tissu. A l'essayage, c'est le soulagement : le tombé est parfait! J'ai donc cousu mon revers et mon bouton pression, et ma combi était enfin terminée, après bon nombre de rebondissements et de moments de doute. J'avoue que je n'étais pas tout à fait convaincue par l'entrejambe un peu tombante à l'avant, aussi bien en terme d'esthétique que de confort, mais mon copain m'a assuré que c'était très bien comme ça, et après une journée entière à porter cette combi, j'ai pu constater que j'étais très bien dedans. Le tissu (le modal Lili d'Atelier Brunette) est très agréable à porter, très doux et léger, parfait pour l'été ou les belles journées de mi-saison. Il se travaille très bien, et même s'il est assez froissable, une fois porté il se comporte plutôt bien et ne marque pas trop les plis. Son seul petit souci, c'est sa légère transparence, qui m'interdit les sous-vêtements colorés lorsque je porte cette pièce, mais rien de bien dramatique. 
  

Au final, je suis très contente de ma combi, et surtout soulagée d'avoir pu la sauver malgré toutes les fois où ça partait dans une mauvaise direction. J'ai bien fait de persévérer car le résultat est à la hauteur de ce que j'avais imaginé pour cette pièce, malgré ses nombreux défauts. Ce n'est pas la première fois que je réalise que je dois être plus soigneuse lors de l'étape de découpage, mais jamais encore je n'avais atteint le point où ma hâte, ma fainéantise et mon imprécision risquent sérieusement de compromettre un vêtement... Je peux vous dire que la leçon a été plus que retenue! Comme l'a si bien dit Mandela : "Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends" (même si là je suis quand même passée à deux doigts de perdre 2m50 de tissu...), et franchement, il devait faire la couture ce cher monsieur, parce sa citation s'applique parfaitement à ce loisir ;)


Patron : bas de la combi Marigold (Tilly and the Buttons), haut : top Bree (La Maison Victor)
Niveau : Intermédiaire
Techniques requises : aucune
Remarques sur le patron : les patrons de Tilly and the Buttons sont d'une qualité exceptionnelle, avec des explications parfaitement claires, mais en anglais seulement. Cependant, je pense qu'il suffit d'apprendre un peu de vocabulaire spécifique pour comprendre les instructions, et des photos illustrent très bien chaque étape. Des explications complémentaires sont disponibles sur le blog de Tilly (notamment pour mieux ajuster le patron à ses mensurations, choisir le tissu, etc). Le patron du top Bree est également très bien expliqué, avec des illustrations très claires. Pour les patrons de La Maison Victor, il faut rajouter systématiquement les marges de couture.
Taille : haut : taille 36 - bas : taille 4 
Fournitures : tissu Lili Atelier Brunette (j'ignore quel métrage exact j'ai utilisé, car j'avais deux coupons différents, mais le pantalon demande 1m50 en laize 150 et le haut 1m en laize 140) + thermocollant et ruban (ou élastique) pour la ceinture
Modifications apportées : entrejambe du pantalon abaissée de 5 cm, ajout de boutonnières à la ceinture pour passer un ruban plutôt qu'un élastique, suppression d'une bande de 5 cm sur le haut au niveau du raccordement à la ceinture, coutures anglaises pour les côtés du pantalon et du haut et pour l'entrejambe, ajout de revers en bas de jambe
Difficultés rencontrées : beaucoup d'erreurs lors de la coupe (entaille sur les avants des jambes, pièces qui ne sont pas coupées dans le droit-fil) qui m'ont conduite à trouver des solutions pour réparer mes bêtises (rapiècement des fentes, pose des revers en bas de jambe). N'ayant pas fait de toile, j'ai du découdre toute la ceinture pour recouper l'excès de tissu sur le haut au niveau des hanches.

Cohérence avec ma garde robe : 10/10, une pièce très facile à porter (forcément, puisqu'elle n'a pas besoin d'être assortie à un haut ou un bas ^^) et qui se marie bien avec les vestes et accessoires de ma garde-robe. Je lui trouve une allure un peu chic mais décontractée qui la rend assez passe-partout.
Confort : 7/10, l'entrejambe est un peu basse, mais j'ai fini par m'y faire. En revanche, les jambes vrillent tout particulièrement lorsque je suis assise et ce n'est pas très confortable d'avoir une couture qui s'enroule autour du mollet. 
Seyant : 8/10, après raccourcissement du haut, le tombé est pile comme je le voulais. Les jambes sont un chouïa serrées au niveau des mollets quand je m'assois, peut-être à cause des coutures anglaises qui ont consommé un peu plus de marge de couture que prévu (j'ai pourtant fait attention sur ce point).
Qualité : 5/10, vous l'avez compris, j'ai complètement foiré ma découpe des jambes et j'ai fait plusieurs boulettes ici et là. J'ai rattrapé les choses comme j'ai pu, mais il n'existe malheureusement aucune solution pour "dévriller" les jambes.

A refaire ? : non, merci, pas pour le moment ^^ je tenterai peut-être une version du pantalon seul quand j'aurai dépassé mon traumatisme de la découpe ratée, mais ça ne sera pas pour de suite! En revanche, j'ai moins d'appréhensions sur le haut, mais avec l'automne qui arrive, ce n'est pas vraiment le moment d'en refaire un. A moins que je n'arrive à lui greffer des manches?

jeudi 31 août 2017

{#jecoudsmagarderobecapsule2017} Août : un short-culotte Manège à fleurs

Si vous venez sur ce blog pour les recettes, alors je tiens à m’excuser d’avance pour le mois qui va venir, car je risque de parler principalement couture en Septembre, et ce pour deux raisons. La première est que j’ai beaucoup de retard dans mes posts couture, comme je le disais il y a quelques jours, et je compte bien le rattraper avant que la saison des shorts ne soit derrière moi pour cette année. Non parce que vous montrer une petite blouse légère en décembre, c’est un peu hors sujet quand même. La seconde, c’est que je serai en vadrouille tous les weekends au cours du mois de Septembre, ce qui me laissera donc peu de temps pour la photo culinaire. J’essaierai quand même de trouver un peu de temps en semaine pour un petit shooting (mais ça devient de plus en plus difficile avec les jours qui raccourcissent) car il y a une recette que j’aimerais bien vous présenter avant qu’elle ne soit hors saison, elle aussi. Autre conséquence de mon peu de disponibilité ce mois-ci : je ne coudrai pas de chemise pour le projet de garde-robe capsule. De toute façon, je n’ai toujours pas trouvé le tissu idéal, et je doute toujours autant de pouvoir intégrer ce type de pièce à ma garde-robe. Ceci dit, j’ai quand même un joker à présenter dans cette catégorie, une cousette que je n’avais absolument pas prévue, et que je peux forcer un peu dans les cases ;)


Mais pour l’instant, laissez-mois vous présenter mon projet d’août, et dans les temps, s’il vous plaît! Il s’agit du short Aime comme Manège, dans sa version jupe-culotte, que j’ai réalisé dans un coupon acheté chez Toto Tissus à Lille (en même temps que le wax de ma jupe Chardon). Je ne me souviens plus de sa composition, mais au toucher je dirais que c’est du coton. C’est un tissu très agréable à travailler, qui marque très bien les plis, mais qui, du coup, se froisse assez facilement. Sur les photos, le short a été porté deux journées de suite, où je suis restée principalement assise, juste après lavage et repassage.





J’ai coupé une taille M, soit une taille en dessous de mes mensurations aux hanches, car les quelques fois où j’ai cousu des bas avec les patrons Aime comme Marie (une jupe et la version short taille basse du Manège), j’obtenais quelques chose de trop grand. Alors là, avec l’effet bouffant du modèle en plus, je n’ai pas hésité à prendre une taille en moins, et j’ai bien fait, car c’est parfait comme ça! J’ai par contre trouvé que la ceinture avant était légèrement trop courte par rapport aux jambes, je ne sais pas si je me suis plantée en décalquant les pièces (pas impossible, surtout qu’il faut ajouter les marges de couture à la main), si j’ai mal formé mes plis sur l’avant ou si l’erreur vient du patron en lui-même. Mais heureusement, en tirant bien sur la ceinture, j’ai fini par arriver à tout mettre en place. J’ai totalement oublié de thermocoller un des morceaux de la ceinture, mais ce n’est pas plus mal car j’aurais probablement eu du mal à tirer dessus dans ce cas-là, et la ceinture se tient quand même malgré ça. Concernant les instructions, je dois dire que je ne suis pas une grande fan de ce que propose cette marque. Les schémas de montage, faits à la main, ne sont pas toujours très clairs ; certaines techniques et finitions sont mal présentées, voire même carrément bâclées (par exemple, le montage de la ceinture au niveau du zip invisible pour le short taille haute et taille basse est fait n’importe comment, alors qu’il y a une façon très simple de faire ça proprement, que j’ai apprise grâce aux patrons de Tilly and The Buttons notamment ; et pour la jupe-culotte, le montage de l’élastique proposé est également assez vilain, donc j’ai opté pour une autre technique ; quant au montage de la fourche, il est fait dans un ordre différent de ce dont j’ai l’habitude, d’abord les fourches avant et arrière puis assemblage des jambes par la couture interne, alors que généralement je commence par former les deux jambes séparément avant de les glisser l’un dans l’autre pour coudre la fourche, et je trouve cette dernière méthode plus simple et plus propre) ; et surtout, il n’est presque jamais fait mention de repassage ou de surfilage. Je suis pourtant la première à trouver ça ch**nt, et j’ai pendant longtemps zappé les étapes de repassage par pure flemme (mon fer et ma planche ne sont pas dans la même pièce que ma machine à coudre). Mais après avoir acheté une pièce à Barbara de Bee Made sur son vide dressing, je dois me rendre à l’évidence : le rendu est beaucoup plus net quand on fait les choses dans les règles de l’art, et de plus ça facilite grandement le travail ! Quant au surfilage, c’est tout bonnement ce qui empêche votre vêtement de tomber en lambeaux. Je vois beaucoup de filles dire qu’elles ont commencé avec cette marque de patrons et qu’ils sont très bien pour ça, mais pour ma part je pense qu’au contraire elle donne des mauvaises habitudes en couture et qu’il vaut mieux être déjà un peu expérimenté pour pouvoir contourner les défauts des explications. C’est dommage, car de manière générale je trouve les modèles jolis et très actuels (voire même carrément très Sezane-like !), mais entre les instructions bof-bof et les coupes pas forcément adaptées à ma morphologie (sans parler du fait que les bas taillent toujours trop grand pour moi, et pourtant croyez-moi, j’ai un fessier fort volumineux!), je ne suis pas sûre d’acheter de nouveaux patrons de cette marque (sauf peut-être le Aime comme Maharani qui me fait TRES franchement de l’œil, argh !)





Enfin bon, malgré tout ça je suis vraiment contente de mon short, car je me rends compte que je porte de plus en plus ce genre de pièces un peu amples en été. Ce n’est pas forcément ce qu’il y a de plus flatteur sur moi, mais ça me permet de survivre aux températures caniculaires, tout en étant plus confortable qu’une jupe, ou en tout cas moins risqué car je m’assois souvent en tailleur ;) Sa couleur bleu marine le rend très facile à associer, et les marguerites apportent une petite touche de fun (et puis bon, les imprimés fleuris et moi, c’est une grande histoire d’amour!). L’élastique à l’arrière le rend confortable, et me permet surtout de l’enfiler par-dessus mon postérieur sans avoir eu besoin de rajouter un zip ! Et pour couronner le tout, il a des poches!!! En bref, une pièce qui a donc de beaux jours devant elle ! Bon, par contre maintenant, il serait temps que j’arrête de coudre des shorts (celui-ci est mon quatrième, après les deux Burda et un Ben de Chez Machine) et que je me mette aux pantalons, qui me font cruellement défaut !



Patron : Short Aime comme Manège, version jupe-culotte (Aime comme Marie)
Niveau : Débutant
Techniques requises : aucune
Remarques sur le patron : Marges non incluses dans le patron. Les schémas explicatifs ne sont pas
toujours très clairs, et certaines finitions laissent à désirer (pose de l’élastique, montage des jambes, pose de la ceinture avec zip invisible sur les versions droites)
Taille : M (une taille en dessous de mes mensurations aux hanches)
Fournitures : 1m de tissu fluide en laize 140cm (ici un coupon de chez Toto tissu, probablement en coton), 35 cm d’élastique large, thermocollant
Modifications apportées : j’ai réalisé la pose de l’élastique de façon différente à ce qui est expliqué.
Normalement, on enferme l’élastique dans la ceinture arrière et on assemble ensuite un côté à la
ceinture avant repliée, ce qui fait un bourrelet sur le côté. L’autre côté de la ceinture est alors
assemblé à plat en laissant une ouverture, puis la ceinture est repliée et cousue aux jambes, et on va
ensuite chercher l’élastique à travers l’ouverture précédemment laissée avant de le fixer au niveau
de la couture côté. J’ai préféré assembler les ceintures avant et arrière à plat, fixer l’élastique aux
marges de couture, puis replier la ceinture avant de la coudre aux jambes, en faisant glisser le tissu autour de l’élastique à l’arrière au fur et à mesure.
Difficultés rencontrées : aucune

Cohérence avec ma garde robe : 9/10, une pièce facile à assortir, malgré ses motifs. Par contre, je ne sais pas si j’avais réellement besoin d’un short de plus… ^^’
Confort : 10/10, léger et confortable
Seyant : 9/10, la taille est la bonne, mais ce n'est pas forcément ce qu'il y a de plus flatteur pour ma morphologie (mais à vrai dire je m'en fiche un peu :p)
Qualité : 8/10, j’ai oublié de thermocoller la ceinture à l’avant, il y a un petit faux pli dû au fait que la
ceinture avant était un peu trop courte par rapport aux jambes, je ne suis pas satisfaite à 100% de
mon montage de l’élastique qui a tendance à former des plis horizontaux sur les côtés de la ceinture avant, et le tissu se froisse assez rapidement

A refaire ? : pas de suite, vu que j’ai déjà plein de shorts ! Mais pourquoi pas dans les versions droites
pour l’hiver. A noter que j’ai déjà fait une version taille basse sans poches pour mon déguisement d’Harley Quinn.

vendredi 25 août 2017

{Plates #3} Comme un petit soleil




J'aime quand les fonds de frigo me permette de composer de jolies assiettes colorées! Celle-ci me fait penser à un soleil (ou du moins, un demi-soleil!) avec mes tartines! Elle est composée de :

- poêlée de tofu fumé aux herbes (Taifun, un vrai délice!), courgettes et champignons, avec un peu d'ail et de sauce soja

- quelques lamelles de poivrons marinés (recette de Mango&Salt)

-  tartines de terrine de légumes d'été (une de mes recettes préférées dans Vegan de Marie Laforêt)

- tartines de bûche de cajou aux herbes (encore une recette issue de Vegan), et j'ai rajouté un peu de sauce chimichurri par dessus (j'ai plus ou moins suivi une recette de Naturally Ella, mélangée avec une recette dans Barbecue Vegan de Marie Laforêt, encore elle!)

- tomates cerise multicolores

Une assiette d'été bien colorée comme je les aime! Bon weekend à toutes et à tous :)

mercredi 23 août 2017

{#jecoudsmagarderobecapsule2017 } mars et avril : un T-shirt Plantain et une jupe Chardon en wax

Dites, ça ferait pas une éternité qu'on a pas parlé couture par ici? (Oui, 6 mois, en échelle internet, c'est une éternité!) Moi qui étais pourtant hyper enthousiaste en début d'année et qui avais planifié soigneusement tous mes projets pour l'année, j'ai commencé à sortir des rails dès le mois de février... D'ailleurs, à l'heure où je vous écris, mon jean Safran n'est toujours pas terminé... Mais je reviendrai à-dessus au moment opportun, pour l'instant, concentrons-nous sur les autres cousettes de ma liste.


J'avais donc prévu un T-shirt en jersey gris en mars, une première pour moi qui n'avais jamais cousu cette matière, puis une jupe en wax pour le mois d'avril, que j'ai cousus avec un bon mois de décalage pour le premier, et peut-être même plus pour la seconde. J'avoue que mon modjo couture m'avait un peu lâché à ce moment-là, et pour ne rien arranger, j'avais également peu de motivation pour bloguer, et prendre des photos s'est avéré un vrai parcours du combattant. Entre mes déplacements professionnels hebdomadaires, mes séances de sport le soir et les entraînements de rugby de chéri qui n'étaient évidemment pas les mêmes jours, le mois de mai-vembre pendant lequel on a pas mis un orteil dehors et le temps hyper instable pendant les mois qui ont suivi (je vous jure qu'à chaque fois que je trouvais un créneau photo, il se mettait à pleuvoir!), on se retrouve vite au mois d'août sans avoir pris le moindre cliché! 


Mais ces derniers temps, j'ai retrouvé le chemin de la machine à coudre, et je me suis décidée à me mettre un bon coup de pied vous-savez-où pour rattraper au maximum mon retard. Il était donc normal que le blog suive, surtout qu'il serait dommage de laisser filer cette belle lumière d'été et ces soirées encore un peu longues sans en profiter pour faire quelques photos. Aujourd'hui, je vous présente donc deux cousettes en une seule tenue, qui est donc 100% Deer and Doe, avec le T-shirt Plantain et la Jupe Chardon. Je n'avais pas spécialement pensé à les assortir quand j'avais fait ma liste de projets (à vrai dire j'imaginais plutôt le haut avec mon jean Safran) mais une fois terminés, je trouvais qu'ils allaient plutôt bien ensemble!


Comme le T-shirt devait être mon baptême du feu pour le jersey, j'avais choisi le patron Plantain pour sa simplicité, aussi bien en terme de réalisation qu'en terme de style d'ailleurs, car je me rends compte que je manque de T-shirts basiques. En réalité, j'ai d'abord cousu une robe Moneta (là aussi il s'agit d'un patron simplissime, parfait pour les débutants du jersey), mais ça ne m'a pas empêchée de cafouiller un peu sur le T-shirt. Rien de bien grave heureusement, et surtout rien d'imputable au patron ou aux instructions, qui sont très bien faits! Ma première erreur a été de me montrer trop flemmarde pour aller vérifier les marges de coutures dans les instructions sur mon PC (c'est là le gros inconvénient des patrons PDF à mes yeux,  le fait de ne pas avoir les explications à portée de main, à moins de les imprimer ou d'avoir une tablette) et de suivre mon instinct qui me disait de faire des marges d'1,5 cm comme tous les patrons Deer and Doe. Sauf que pour celui-ci, c'est désormais 1 cm (l'ancienne version avait bien des marges d'1,5 cm en revanche). Pour les épaules ça n'a pas posé de problème car j'ai une petite carrure, j'ai donc laissé la chose en l'état, mais au niveau des coutures côté je trouvais que ça rendait le T-shirt un poil trop moulant à mon goût. Je les ai donc refaites au bon endroit (et là, je vous donne mon conseil du jour : faites pas comme moi, levez vos fesses et allez vérifier vos marges de couture, parce que découdre du jersey, c'est assez ch**nt...) et cette fois-ci, le tombé était nickel. Mon deuxième souci, ce fut la pose de la bande d'encolure. J'avoue que c'est la partie qui me faisait le plus peur, car j'avais lu à droite et à gauche que c'était le plus pénible sur un T-shirt. Comme vous pouvez l'apercevoir sur la photo suivante, je ne m'y suis pas prise correctement (ce n'est pourtant pas faute d'avoir suivi les instructions et utilisé quantité d'épingles) car l'encolure plisse un peu par endroits. Mais ça reste discret, et étonnamment équilibré de chaque côté, on dirait même que c'est fait exprès alors je l'ai laissé en l'état. Je pense que j'ai dû là aussi cafouiller avec les marges de couture quand j'ai cousu la bande sur elle-même. Je n'ai pas fini les bords de coupe car je n'ai pas de surjetteuse, mais de toute façon le jersey ne s'effiloche pas (et ça, c'est le bonheur! C'est fou le temps qu'on gagne quand on n'a pas à surfiler tous les bords!).


J'ai coupé une taille 38, sachant que mes mensurations me donnent comme d'habitude un 36 à la poitrine et un 40 au niveau de la taille, mais je me suis surtout basée sur le tableau de tailles du vêtement fini, qui est pour moi un des indicateurs les plus utiles pour choisir la taille d'un vêtement. J'apprécie donc particulièrement les patrons qui le proposent. Attention tout de même, pour les vêtement en jersey, il faut souvent compter sur une aisance négative, car le tissu est extensible. Il n'est donc pas étonnant de voir des dimensions finies inférieures à vos mensurations. Je suis vraiment contente du résultat final, la coupe est vraiment très réussie et très agréable à porter, pas trop près du corps mais pas large non plus (je ressemble à un sac à patates dans un T-shirt oversize...), avec une encolure creusée pile comme il faut, bref, la perfection faite T-shirt! Le tissu que j'ai utilisé est un coupon que j'avais trouvé chez Toto Tissus ou chez Mondial Tissus, je ne me souviens plus. Il est très souple et très doux, vraiment très confortable avec un joli tombé, mais il a un inconvénient majeur à mes yeux : celui de retenir les odeurs de transpiration (#instantglamour). Je dois donc le laver très souvent (impossible donc pour moi de passer ma vie dans ce T-shirt si doux haha!), mais heureusement il tient bien le coup jusqu'à présent. Le problème, c'est qu'il me reste un gros bout de ce coupon et que je ne sais donc pas comment l'utiliser, je n'ai pas spécialement envie de me faire une armée de T-shirts à usage unique...


Passons maintenant à la jupe. Ca faisait longtemps que j'avais envie d'une pièce de ce style, avec une taille haute et une coupe évasée, et surtout en wax! J'avais le patron de Chardon depuis longtemps (c'est même l'un des premiers que j'ai acheté), mais j'ai mis du temps à trouver LE tissu idéal, mais lors d'une virée chez Toto à Lille (au cours d'une semaine de séminaire... Eh oui, même en déplacement pour le boulot, je fais du shopping tissu) (hors de mes heures de boulot, bien évidemment!) j'ai enfin mis la main sur la perle rare. Je n'ai pas grand chose à dire sur le patron, si ce n'est qu'il est très là aussi très bien fait. Je possède l'ancienne version (Deer and Doe a récemment refait le design de toutes ses pochettes) mais je pense que rien n'a changé depuis, si ce n'est que la nouvelle version propose probablement les mensurations du vêtement fini, comme pour le Plantain (mais vous pouvez de toute façon les voir sur le site de Deer and Doe au besoin). Ici, je me suis simplement calée sur ma mesure de taille, puisque la coupe évasée de la jupe m'assurait de rentrer mon fessier dedans quoi qu'il en soit, et j'ai donc coupé un 40, qui est peut-être un chouïa large, mais de toute façon la taille en dessous aurait été trop petite. Heureusement, avec un Tshirt dedans et une ceinture, ça passe très bien. Le seul petit détail sur lequel je pourrais émettre une critique, c'est la façon dont est finie la ceinture interne au niveau de la fermeture éclair, qui est faite à la main (et, en ce qui me concerne, de façon pas tout à fait irréprochable...) mais en regardant les photos sur le site de Deer and Doe, j'ai l'impression que la jupe se ferme désormais avec un zip invisible. J'avoue d'ailleurs que j'ai hésité à partir sur cette solution, mais j'ai finalement posé une fermeture classique (une première pour moi qui ai plus souvent posé des invisibles) et le résultat n'est pas très symétrique, mais ça ne se voit que quand on met vraiment le nez dessus (et comme personne ne vient coller sa tronche juste à côté de mon postérieur, ça passe inaperçu!). J'ai maintenu la ceinture interne avec des petits points à la main au niveau de chaque pli plat, ce qui n'est pas précisé dans les instructions, mais comme mon tissu est un peu rigide (d'autant plus que la ceinture est entoilée), j'avais peur que ça ne tienne pas bien en place. L'ourlet est réalisé avec un biais, c'est la première fois que j'en utilisais de cette façon, mais ça permet une très belle finition. Je suis donc là aussi très contente de ma jupe (en plus elle a des poches <3), et même si sa couleur jaune est assez inhabituelle dans ma garde-robe, je la porte très souvent!


Pour finir, voici comme d'habitude un petit récapitulatif technique sur les patrons et l'analyse de portabilité de chaque pièce. Passez une excellente semaine, moi je m'en vais faire une tarte avec les abricots ramassés au cours de la séance ;)


T-SHIRT
Patron : T-shirt Plantain (Deer and Doe)
Niveau : Débutant
Techniques requises : couture du jersey
Remarques sur le patron : gratuit et disponible uniquement en PDF. Deux fichiers sont fournis pour l'impression du patron : un adapté aux imprimantes domestiques avec des feuilles à assembler, un autre pour impression sur un traceuse (option très appréciable qui évite de se battre avec son rouleau de scotch!). Instructions claires et détaillées, disponibles en français et en anglais.
Taille : 38
Fournitures : tissu jersey (origine inconnue)
Modifications apportées : coutures d'épaules et de manches réalisées avec une marge d'1,5 cm au lie d'1 cm
Difficultés rencontrées : la pose de l'encolure est un peu délicate

Cohérence avec ma garde robe : 10/10, un vrai basique dont j'avais réellement besoin!
Confort : 10/10, le tissu est un vrai bonheur à porter
Seyant : 10/10
Qualité : 7/10, le tissu absorbe beaucoup les odeurs de transpiration, ce qui me complexe beaucoup...

A refaire ? : OUI! Et avec les différentes longueurs de manches (j'ai d'ailleurs utilisé la version manches 3/4 pour un déguisement de Harley Quinn)


JUPE
Patron : Jupe Chardon (Deer and Doe)
Niveau : Débutant
Techniques requises : pose de fermeture éclair (invisible?) et de biais pour l'ourlet
Remarques sur le patron : rien de particulier à mentionner. Les instructions sont claires. Petit bémol sur la finition de la ceinture au niveau de la fermeture éclair, qui aurait pu être mieux réalisée.
Taille : 40
Fournitures : tissu wax (Toto Tissus Lille), zip de 25 cm, thermocollant
Modifications apportées : aucune
Difficultés rencontrées : la fixation de la ceinture au niveau de la fermeture se fait à la main, et sur ma jupe, ce n'est pas parfait. J'aurais dû opter pour une fermeture invisible.

Cohérence avec ma garde robe : 8/10, j'avoue ne pas avoir beaucoup de hauts assortis, mais malgré ça, cette jupe sort souvent du placard! Je n'ai plus qu'à me faire un crop top dans le reste du tissu pour avoir un ensemble!
Confort : 9.5/10, peut-être un peu trop large à la taille, mais avec une ceinture et un T-shirt rentré, c'est parfait! Le tissu est assez rigide mais pas inconfortable.
Seyant : 9.5/10, toujours pour cette histoire de taille un peu large. La forme de la jupe est particulièrement adaptée à mon type de silhouette.
Qualité : 9.5/10, le tissu m'a l'air solide, j'ai juste un peu cafouillé sur certaines finitions (les petits rabats sur la fermeture ne sont pas symétriques, en plus de cette fameuse fixation de la ceinture un peu de traviole à un endroit) mais ça ne se voit presque pas!

A refaire ? : sans doute, car j'ai en tête une version longue avec un tissu rayé translucide (doublé, bien évidemment).

mercredi 16 août 2017

Samoussas a la pomme de terre, olives et citron confit // Potato, olive and preserved lemon handpies

Il y a quelques temps, je vous disais avoir développé une obsession pour les bricks et samoussas, et aussi pour le citron confit. Ça m'est un peu passé (pour le plus grand soulagement de mon chéri, qui n'est pas un grand amateur de citron confit. Mais qu'il se rassure, ça va sans doute me reprendre dans les mois à venir!) mais comme je n'avais partagé qu'une seule de mes recettes à ce moment-là, il m'en reste encore sous le coude! Je dois avouer que ça me fait un peu bizarre de poster cet article maintenant que ma frénésie de samoussas s'est calmée, mais au final ce n'est peut-être pas plus mal pour vous, ça vous a évité l'overdose!



Je trouve que ces petits chaussons sont meilleurs froids que chauds, et ils se marient très bien avec une sauce tomate relevée d'un peu de harissa (mais si vous n'aimez pas quand ça pique, vous avez aussi le droit de de pas en rajouter ^^), ce qui fait qu'ils sont très pratiques à emporter dans une lunchbox, en pique nique, ou à faire en avance pour un apéro. Oui, je me répète depuis le début de l'été, et vous devez imaginer que je passe mes weekends à déjeuner dans un parc ou à boire des bières sur mon balcon, mais ce n'est pas du tout le cas. En réalité, il fait généralement un temps désastreux lorsque le samedi pointe le bout de son nez (enfin, sauf quand on choisit d'aller faire les courses...), je vais finir par croire que la météo m'en veut personnellement. Ou alors elle me pousse à reprendre le chemin de la machine à coudre, c'est peut-être un message de l'univers, qui sait?



Samoussas à la pomme de terre, olives et citron confit {végétalien, sans soja, sans noix}
Pour 12 à 15 pièces :
- 3 pommes de terre de taille moyennes
- 2 gousses d'ail finement hachées
- 1 cs d'écorces de citron confit au sel finement haché
- une douzaine d'olives vertes dénoyautées, grossièrement hachées
- un petit bouquet de persil plat, haché
- 1 cs d'huile d'olive
- sel et poivre au goût
Pour la pâte :
- 100 g de farine de blé T80
- 50 g de farine de petit ou grand épeautre (ou de farine de blé)
- 4 cs d'huile d'olive
- 1/2 cs de sel
- lait végétal, pour dorer (facultatif)

Peler les pommes de terre et les couper en dés d'environ 1 cm de côté. Faire cuire dans un grand volume d'eau salée bouillante pendant une dizaine de minutes, ou jusqu'à ce que les dés soient tendres mais sans se défaire.

Mélanger les dés de pomme de terre égouttés avec l'ail, le citron confit, les olives, le persil et l'huile. Saler et poivrer au goût.

Pour la pâte, mélanger les farines et le sel dans un saladier. Ajouter l'huile et sabler du bout des doigts. Verser de l'eau petit à petit, en pétrissant à la main, jusqu'à ce qu'une pâte souple et homogène se forme.

Étaler la pâte sur un plan de travail sur une épaisseur d'un à deux millimètres. Découper des cercles de pâte à l'aide d'un gabarit (j'utilise un bol retourné), puis découper chaque cercle en deux moitiés. Former un cône de pâte en repliant le bord droit sur lui-même. Farcir avec le mélange aux pommes de terre en laissant un peu de pâte sur le haut pour pouvoir fermer le samoussa. Souder les bords du haut en les pinçant ensemble et disposer le samoussa ainsi formé sur une plaque de four tapissée de papier cuisson.

Répéter jusqu'à épuisement des ingrédients.

Optionnellement, badigeonner chaque samoussa d'un peu de lait végétal.

Enfourner à 180°C pour 20 minutes, ou jusqu'à ce que la pâte soit dorée. Servir chauds ou froids (je les préfère froids), en apéritif ou en entrée, ou en plat accompagnés de salade ou de soupe. Ces samoussas se marient très bien avec une sauce tomate (additionnée d'un peu de harissa si vous aimez). Ils peuvent être congelés avant ou après cuisson et être décongelés au four, ou cuits directement sans décongélation préalable (pensez à rallonger le temps de cuisson dans ce cas)



Potato, olive and preserved lemon handpies {vegan, soy-free, nut-free}
Yields 12 to 15 pies :
- 3 medium potatoes
- 2 garlic cloves, finely chopped
- 1 tbsp finely chopped preserved lemon
- a dozen green olives, pitted and coarsely chopped
- a small bunch of flat parsley, chopped
- salt and pepper to taste
For the crust :
- 100 g white whole wheat flour
- 50 g spelt flour (or more wheat flour)
- 4 tbsp olive oil
- 1/2 tsp salt
- plant milk, for glazing (optional)

Scrub the potatoes to remove the dirt. Peel them if not organic. Cut them in small dices (approx. 1 cm or 3/8 inch) and cook in a pot of salted boiling water until fork tender.

Drain and place in a large bowl with the preserved lemon, olives, parsley and olive oil. Season to taste.

To make the crust, mix the flours and salt in a bowl. Add the oil and mix with the fingertips to incorporate. The dough will look like coarse sand. Add water gradually, kneading with your hands, until a soft dough forms.

Roll the dough onto a floured surface to a thickness of 2 mm. Cut large circles into the dough (I use an upside down bowl) and cut each circle in halt. Gather the scraps and form into a ball again and repeat until you have used up all the dough.

Form the half circles into cones by pinching the straight edge on itself. Stuff with the potato mix, leaving a bit of dough at the top to close the pie. Pince the edges to seal and place on a baking tray lined with cooking paper. Repeat until you run out of ingredients.

(Optional) Glaze each pie with a bit of plant milk.

Bake at 180°C (350F) for 20 minutes, or until golden on top. Serve hot or cooled (I like them better at room temp). They can be served as an appetizer, or a starter, but also as a main dish with a side of salad or soup. They pair well with tomato sauce for dipping (and I like to add a spoonful of harissa into the sauce for a bit of kick, but if you can't handle spicy food, regular tomato sauce works really well). They can be frozen, either raw or cooked, and reheated in the oven, or cooked directly without thawing (just cook them longer!).